L’allaitement des jumeaux – La grossesse et l’hôpital.

L’allaitement des jumeaux – La grossesse et l’hôpital.

L’allaitement de jumeaux.

Après l’allaitement de petit BN qui n’avait pas fonctionné, je savais que si je retombais enceinte je voudrais réessayer.

Un an et quatre mois plus tard c’était chose faite! Me voilà enceinte. Et puis il y a eu la fameuse annonce: des triplés. Ah oui, d’accord.

Bizarrement c’est une des premières choses sur laquelle je me suis renseignée. Est-il possible d’allaiter des triplés? C’est rare, c’est apparemment éreintant mais oui c’est possible, ou du moins un allaitement mixte. Alors c’était ok. Je tenterai.

Et puis il y a eu la perte de Célestin, brisant mon coeur de future maman. Quand j’ai repris pied, quand mon amour pour lui et celui pour Loan & Marin a pris le dessus sur la peine, ce n’était plus une question: j’allaiterai.

Alors je me suis renseignée et équipée !

J’ai lu beaucoup d’articles sur le site de la leache  League, inscrite à un groupe Facebook sur l’allaitement de jumeaux et plus, trouvé des comptes Instagram à suivre.

Un livre qui m’a beaucoup aidé c’est « le manuel illustré de l’allaitement » qui est superbe et très facile à lire. Il y a même une partie pour l’allaitement de multiple ! Et il existe un autre exprès pour l’allaitement de prématuré.

Je ne peux que vous le conseiller.

Ensuite je me suis procuré de la crème pour l’allaitement et j’ai trouvé des coquillages d’allaitement sur Vinted neufs.

Et enfin le coussin d’allaitement… Quand on allaite un seul bébé ce n’est pas forcément obligatoire mais avec deux, si on est pas une pro de l’allaitement je ne peux que le conseiller.

Avec le recul j’aurais du le prendre avant la naissance mais je n’avais pas encore assez confiance sur le fait que j’y arriverai. Mais il m’aurait été bien utile.

Je vous reparlerai de « tout » ce qui m’a servi dans un autre article pour que ce soit plus clair.

Arrivée au déclenchement des coquillettes je me sentais prête. Cette fois ci j’allais y arriver. Et alors il y a eu l’accouchement, la péridurale qui n’a pas fonctionné, et deux bébés {+ un ange} sortis à une minute d’intervalle en siège. 15h25. 15h26. 15h27. Un accouchement animal.

Juste avant le déclenchement
Quelques heures avant d’accoucher…

De suite après il y a eu la première tétée. La voici, notre premier moment à trois dont je n’ai presque aucun souvenir tellement la fatigue me submergeait par vague je n’arrivais pas à garder les yeux ouverts à défaut de mes petits amours.

J’ai eu la chance d’avoir un personnel très bienveillant, très aidant dans l’allaitement, disponible très rapidement étant donné le côté (apparemment) extraordinaire d’allaiter des jumeaux.

La première nuit s’est bien passée, tout comme le premier jour. Et puis le deuxième jour on a voulu tester de nouvelles positions, et à partir de ce moment là, retour en arrière. Deux crevasses sont arrivées… et puis la nuit de la java.

Notre première tétée 🤍

 

Pour tout vous dire, je me souvenais encore de la nuit de la java de Noé. Une nuit blanche.

Et cette fois-ci elle ne m’a pas loupé… Deux bébés ayant un fort besoin de contact mais pas le matériel nécessaire pour bien m’installer et avoir les deux sur moi. Alors on s’est adapté mais les douleurs se sont fait de plus en plus intenses jusqu’au point de me faire douter tellement j’étais épuisée.

Nos premiers câlins post tétée 💙

Quand je suis sortie de l’hôpital c’était le flou. J’étais épuisée, le rythme avec des jumeaux était si intense. Je ne voulais pas introduire de tétine et pourtant ils avaient besoin de téter constamment… plus les jours passaient, plus je doutais de ma capacité à allaiter mes jumeaux. L’hôpital m’a laissé repartir après trois jours, les bébés allant très bien et ayant repris du poids.

La grande aventure allait donc commencer et je me demandais si j’allais arriver à mener mon projet à bien: allaiter mes deux coquillettes avec mon petit BN d’à peine 22 mois.

Laisser un commentaire